Delphine, étudiante en médiation familiale

Crédit photo : Sweet Cabane
Crédit photo : Sweet Cabane

Pour notre nouveau rendez-vous Mum at Work, nous partons  à la rencontre d’une étudiante. Delphine, après avoir exercé comme avocate et s’être occupée de ses enfants, reprend, à 45 ans, des études pour devenir médiatrice familiale.

Cette mum de trois enfants (deux filles et un garçon, de 17, 15 et 12 ans) est mariée et vit à Paris. Elle nous parle ici de ses choix de vie, de ses études et de sa nouvelle organisation familiale.

***

Que faisais-tu avant de commencer ces études de médiation familiale?

Au départ, j’ai fait des études de Droit et j’ai exercé à Paris comme avocate dans un cabinet. Je travaillais souvent sur des dossiers de divorces. Mais je n’étais pas à l’aise dans cet environnement plutôt agressif et violent où les modalités d’action étaient d’abord basées sur l’affrontement … A la naissance de ma première fille, j’ai décidé de changer pour travailler comme juriste en entreprise. Alors que ce nouveau travail devait commencer, j’ai décidé de ne pas m’engager, malgré l’opposition de nombreux proches. Je ne concevais pas de devoir laisser mon bébé à une nounou ou à la crèche! J’ai donc décidé de rester chez moi, tout en continuant à aider en free lance mon ancien cabinet sur certains dossiers… A la naissance de mon fils, deux ans plus tard, je me suis arrêtée complètement.

Est-ce que cela a été facile de s’arrêter de travailler?

Pour moi, c’était une évidence, même si cela n’a pas été facile du tout! De mon mari à mes amis, tout le monde me disait que je faisais une bêtise, que j’allais le regretter. Mais, je n’avais aucune envie de cette vie de femme très active…

Heureusement, je me suis créée une autre vie et j’ai rencontré de super copines qui avaient fait le même choix que moi. J’ai passé vraiment de super années auprès de mes enfants, et ça continue!

Comment as-tu eu l’idée de te lancer dans ce projet professionnel?

Il y a déjà presque 10 ans, j’ai vu une émission sur la médiation familiale, qui était alors un tout nouveau métier. J’ai su immédiatement que c’était ce que je voulais faire… Mais, à cette époque, ma petite dernière n’avait que deux ans et cela aurait été irréaliste de se lancer dans un si gros projet, alors j’ai attendu… Chaque année, je continuais à me renseigner sur les modalités de cette formation… Enfin, il y a deux ans, j’ai sauté le pas. Les enfants étaient plus grands, j’avais plus de temps libre… C’était le bon moment!

cahiers

Qu’aimes-tu dans cette nouvelle voie?

La dimension humaine. On aborde le divorce par le psychologique et le relationnel… Ca me correspond mieux, je me sens à l’aise et utile dans ce rôle.

Peux-tu nous en dire plus sur cette formation?

C’est une formation qui dure deux ans, avec une partie de cours et une partie de stage. Au total, la formation m’occupe comme un 3/4 de temps, ce qui me permet encore d’être auprès de mes enfants… Je l’ai commencée  il y a un an et je devrais la finir en juin 2017… Mais la sélection finale pour l’obtention du diplôme d’Etat est rude !

Au quotidien, qu’aimes-tu dans cette formation?

C’est très sympa de redevenir étudiante, d’avoir des copains de classe! On a tous des profils différents, c’est très riche et il y a une bonne ambiance.

Y a-t-il des moments plus durs?

C’est difficile de s’astreindre à travailler intellectuellement, à rédiger, à réviser… Au départ, je ne savais pas si j’étais capable de me remettre à étudier comme avant. En même temps, on se connait mieux, donc le travail est plus efficace. Heureusement, je suis bien entourée à la maison car tout le monde me supporte et est fier de ce projet!

Est-ce que la reprise d’une activité étudiante a changé quelque chose dans votre organisation familiale?

Oui, bien sûr! Je suis beaucoup moins disponible, du coup les enfants ont mis la main à la pâte et ont gagné en autonomie! Ils m’aident davantage au quotidien pour les tâches ménagères, mes filles préparent le dîner quand je rentre tard… C’est plus facile aujourd’hui avec des enfants plus grands!

De mon côté, j’ai appris à lâcher un peu sur tout : le rangement, mais aussi les devoirs, les courses, les rendez-vous médecin, l’organisation des vacances à l’avance… et les dîners à la maison! Tout se fait davantage au dernier moment. Finalement, ce n’est pas si mal!

Quels sont tes projets pour les prochaines années?

Tout d’abord, être diplômée! Puis, prendre un emploi salarié dans une association de médiation à mi-temps, couplé à une activité en libéral.

***

Mille mercis à Delphine! Voici quelques liens utiles si vous souhaitez en savoir plus sur cette formation :

 

On se retrouve jeudi pour une recette de granola d’hiver à déguster sans modération par temps gris!

Bonne semaine à tous,

Emilie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *