Marre des étiquettes!

Crédit photo : Sweet Cabane. Robe Lililotte Nantes, chemise Bonton
Crédit photo : Sweet Cabane. Robe Lililotte Nantes, chemise Bonton

Sur la home, Daphné porte une robe en coton bio de la nouvelle collection Lililotte Nantes.

 

Une amie m’a récemment confié : « Quand mon fils est né, j’étais un peu désemparée face à ce petit être qui ne dormait pas beaucoup. « Ah et bien c’est qu’il est hyperactif ce bébé » m’a dit un jour une des auxiliaires de puériculture de la maternité. Combien de fois ai-je, par la suite, pensé à cette phrase ? Toutes les fois où j’ai couru après lui au parc ? Toutes les fois où, dans une fête, j’ai trouvé que les autres enfants restaient sages mais pas mon fils ? »

Et, de même, pour ma fille : à un mois, je l’ai emmenée chez un ostéopathe qui,  après l’avoir à peine touchée, m’a dit « alors elle, elle sera têtue ». Combien de fois ai-je ensuite pensé, pendant qu’elle piquait une colère : « de toute façon, tu es têtue depuis que tu es née !» ?  Ces étiquettes que j’avais entendues à la naissance de mes enfants, je les ai faites perdurer, malgré moi. Jusqu’à quel point ? »

Crédit photo : Sweet Cabane. Robe Lililotte Nantes, chemise Bonton

Crédit photo : Sweet Cabane. Robe Lililotte Nantes, chemise Bonton

***

Take it easy ! Que cette amie se rassure, elle n’est pas seule ! Elles sont nombreuses, les étiquettes que nous collons à nos enfants ou que l’école, les amis ou les grands-parents se chargent de leur coller. On entend souvent : « cette petite fille est toujours si sage », « il est maladroit », « c’est une grande timide »,  «il est fainéant » etc. Bien sûr, en tant que parent, on essaie de ne pas dire ce genre de phrases tout haut devant notre enfant, on se contente de le penser.  Mais ce qu’on pense de notre enfant ne se perçoit-il pas au delà des mots ? Non seulement l’enfant perçoit ce que l’on pense de lui, même si on ne le formule pas, par notre attitude envers lui, mais ce que nous pensons de lui influence directement son comportement et son caractère. Plus nous pensons que notre enfant est, par exemple, maladroit, et plus l’enfant va s’enfermer dans ce rôle de maladroit … et se comporter comme tel ! Cela s’applique aussi bien pour les étiquettes « négatives » que «positives ». Une petite fille qui entend souvent dire d’elle « Léa est très sage » s’autorisera-t-elle à s’exprimer si quelque chose la contrarie ou la bouleverse, de peur de casser cette image d’enfant sage ?

Lorsque j’anime un atelier Faber et Mazlish, je me rends compte que la séance sur les étiquettes attribuées aux enfants peut être un peu douloureuse pour les parents car ils prennent conscience de cet impact sur leurs enfants. Et très vite vient cette question : comment sortir notre enfant du rôle dans lequel il s’est enfermé ? 

Crédit photo : Sweet Cabane. Robe Lililotte Nantes, chemise Bonton

Crédit photo : Sweet Cabane. Robe Lililotte Nantes, chemise Bonton

L’approche Faber et Mazlish propose les pistes suivantes dans Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent :

  • Tout d’abord, recherchez les occasions de présenter une nouvelle image de lui à votre enfant : prenons l’exemple de cet enfant qui se dit « maladroit ». Chaque fois que vous êtes dans une situation où il aurait pu faire preuve de maladresse, par exemple en vous aidant à débarrasser la table et que ce ne fut pas le cas, soulignez-le !
  • Placez-le dans des situations qui lui permettent de se voir d’un œil différent: tout le monde le dit étourdi ? Laissez-le ramener les livres empruntés à la bibliothèque « sans en oublier aucun » plutôt que de ne pas lui confier cette tâche de peur de…Donnez-lui la possibilité de faire différemment de l’étiquette habituelle !
  • Faites en sorte qu’il vous entende dire du positif à son sujet quand vous parlez de lui à une tierce personne. Rien de mieux pour gonfler la confiance en soi que d’entendre sa maman ou son papa dire du bien de vous
  • Donnez vous même l’exemple du comportement que vous souhaitez lui inculquer : vous aussi vous êtes étourdie ? Partagez avec lui vos trucs et astuces pour ne pas oublier vos affaires
  • Et dernière habileté, ma préférée dans toutes celles proposées par Faber et Mazlish « soyez le coffre à trésors de ses bons coups ! » Elle rentre en pleurant de l’école car décidément elle est nulle en escalade ? Soyez sa mémoire, rappelez-lui comme elle vous a impressionnée l’été dernier en grimpant dans les arbres… J’aime vraiment beaucoup cette dernière habileté car elle touche à l’essence même de notre rôle de parents : être là, présents pour nos enfants, comme des coffres à trésors, pour prendre le temps de les aider à grandir.

Alors… à bas les étiquettes !

***

Emilie vous retrouve jeudi pour une sélection de manteaux bien chauds pour l’hiver 😉

Bonne semaine à tous et bon début de vacances!

 

Cécile xx.

 

Cécile.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *