Take it easy with Cécile #1 : comment survivre aux devoirs?

Take it easy with Cécile #1 : comment survivre aux devoirs?I Sweet Cabane

Take it easy with Cécile #1 : comment survivre aux devoirs?

Vous avez découvert Cécile il y a peu dans notre section Family Connexion. Elle fait désormais partie de l’équipe Sweet Cabane, à notre plus grande joie! Vous la retrouverez souvent dans cette nouvelle rubrique ‘Take it Easy’ qui, sans prétention, cherche à vous aider dans des situations  familiales du quotidien.

Cécile anime en parallèle le blog La Turbulette qui parle des parents, du travail, et des relations familiales.

Aujourd’hui, notre nouvelle collaboratrice, formatrice en pédagogie positive, aborde la terrible question de rentrée : comment aider son enfant à faire ses devoirs sans que la séance ne vire au cauchemar pour vous … et lui?…

***

Déjà un mois d’école… Peut-être avez-vous découvert ou redécouvert la joie des devoirs à la maison? Moi, en tout cas, à la même époque l’année dernière, j’étais déjà à bout… Mon aîné venait de rentrer au CP et il avait une maîtresse qui donnait BEAUCOUP de devoirs. Je l’avoue, inquiète qu’il n’arrive pas à suivre, j’ai tellement crié, tempêté pour qu’il s’y mette, pour qu’il assimile quelque chose… Qu’au bout d’un mois je me suis dit que l’on ne pouvait pas continuer comme cela toute l’année!

Et je me suis vite plongée dans la lecture du livre d’Adele Faber et Elaine Mazlish dédié à l’école: « Parler pour que les enfants apprennent à la maison et à l’école ».

Alors, si, comme moi l’année dernière, vous êtes dans l’enfer des devoirs, voici quelques trucs et astuces pour survivre!

1. Accueillez les sentiments de votre enfant : écoutez le vous dire qu’il est fatigué, qu’il n’a pas envie de faire ses devoirs… Ce n’est pas facile de se remettre à un bureau après une journée intense à l’école! Accueillez ses sentiments par une phrase comme « je vois que tu as l’air très fatigué par ta journée », ce qui permettra à votre enfant de se sentir compris, entendu… et de se mettre plus facilement à sa lecture.

2. Laissez le choix à votre enfant. Dur, dur après une journée passée à écouter l’instituteur (trice) d’’avoir à faire ses devoirs à la maison! Peut-être vaut-il mieux lui laisser certains choix :  avant ou après la douche? D’abord la poésie ou plutôt la table d’addition? Dans sa chambre ou sur la table de la cuisine? En décidant par lui-même, l’enfant s’approprie les choses au lieu de les subir… Et en plus, cela l’aide aussi à développer son autonomie!

3. Plus d’autonomie : les devoirs sont une excellente occasion de rendre nos enfants plus autonomes…. Laissez-le  s’installer, lire ce qu’il a à faire, et commencer ses devoirs. A la fin et seulement à la fin,  vérifiez avec lui l’acquisition des notions. Ne restez pas très loin de lui pour qu’il se sente soutenu mais n’apportez pas toutes les réponses aux problèmes, afin qu’il apprenne à se poser les bonnes questions …

4. Variez les techniques d’apprentissage.  Lavantage d’avoir des devoirs à la maison, c’est que justement on n’est pas à l’école! Alors, n’hésitez pas à lui proposer d’autres méthodes d’apprentissage que celles vues en classe. Chanter à tue -tête pour apprendre une table de multiplication marche, par exemple, très bien ici!

Vous pouvez utiliser le mind mapping (ou carte mentale), une technique de la pédagogie positive qui facilite la mémorisation par une représentation non-linéaire : on pose au centre d’une grande feuille une idée générale,souvent représentée par un mot, un dessin ou une photographie. Autour de cette idée générale, l’enfant dessine ensuite un ensemble de ramifications (avec une couleur chacune) qui ont un lien avec l’idée maîtresse. Idéal pour retenir sa leçon d’histoire ou même une poésie!

Source : www.lewebpedagogique.com

Source : www.lewebpedagogique.com

5. En cas de crise, de refus. Si l’enfant ne veut pas faire ses devoir un soir,  mon petit conseil serait de …fermer les cahiers! Quitte à se lever cinq minutes plus tôt le lendemain pour balayer les notions les plus importantes… L’objectif est surtout d’éviter ainsi que le temps des devoirs soit considéré comme un temps de crise… Parce que vous en avez quand même encore pour un certain nombre d’années! 🙂

Sur ce, je vous souhaite ainsi qu’à votre écolier(e) une belle année scolaire 2015/2016! Take it easy!

Cécile.

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *